si on devait mourrir demain

En ouvrant le journal ce matin, je suis tombé sur une ribambelle de publicités. Normal, me direz-vous, c’est la période des soldes. Les encarts commerciaux sont remplis de toutes les couleurs fluos possibles avec des « -20% » « -30% » « -50% » en police 52, les annonceurs pensent-ils qu’on lit notre journal sans lunettes ?

Alors que j’essaie de feuilleter comme je peux les nouvelles du jour, mon œil est attiré justement par une publicité bien étrange :

« Offre exceptionnelle : 30 pierres tombales à moins de 900 € »

Ce n’est pas possible, j’ai dû mal lire… Non, c’est bien une offre promotionnelle de pompes funèbres.

Je ne savais pas que les croque-morts faisaient de la publicité à la Réunion ! Je suis assez déstabilisé, je n’imaginais pas ce métier faire des promotions. Je veux dire, il y a des morts tous les jours, le chiffre d’affaires des pompes funèbres doit être à peu près constant (sauf en cas d’épidémie où les ventes augmentent). Alors, à quoi bon faire de la pub ? Et surtout est ce que ça marche ? je veux dire en lisant ça le matin dans le journal, il y a un type qui a regardé sa femme et lui a dit : 

Mari : « Cool, chéri, il y a des promos sur les pierres tombales ! On va enfin pouvoir enterrer mémé pour pas cher ! »

Femme : « C’est super, on va pouvoir enfin s’en débarrasser, la case commençait à être imbibé de son odeur de cadavre ! »

Non, sérieusement ?

A moins que ce soit un moyen d’aider les personnes ayant commis un meurtre de se débarrasser du corps pour pas cher…

Ce genre de publicité a peut-être un autre objectif que je ne vois pas ? Les promotions sont souvent un moyen pour les commerçants de liquider des articles des saisons précédentes… Dans ce cas, il va falloir m’expliquer une chose : il y a des tendances dans le commerce funéraire ?

Petit-fils éploré : « Je pensais lui prendre un cercueil en chêne, c’est un bois qui lui aurait plu… »

Vendeur : « Mmm… je vous conseille plutôt de prendre celui-ci, on vient de le recevoir. C’est un magnifique cercueil en bois de letchi, on n’en a pas beaucoup, c’est un très bel objet, avec des poignées recouvertes de feuilles d’or… Je pense que ce serait un bel hommage, vous ne m’avez pas dit que votre grand-père adorait les lecthis ? »

Mais où va le monde ? crédule comme je suis, je pensais que les types des pompes funèbres étaient un peu comme dans Six Feet Under, des commerçants certes, mais qui faisait au moins semblant d’avoir de la compassion pour leurs clients !

J’aurais dû me douter que c’était un monde aussi peu scrupuleux que la vente de vêtements. À une époque, je vivais à côté d’un cimetière et donc de pompes funèbres (jamais été embêté par du tapage nocturne), et sur l’une des enseignes commerçantes il y avait une phrase qui aurait dû me faire remarquer ce business au cœur de pierre : « Pompes Funèbres Eclerc, parce que la vie est suffisamment chère ! ». J’avais trouvé cela d’un très mauvais goût. L’endeuillé qui rentre dans un tel magasin doit se sentir dans un discount sans compassion. On est loin du calme et de la sérénité des publicités pour une mutuelle obsèques (hein Boby ?)

Et puis, je n’aime pas l’idée qu’on nous vende des articles mortuaires comme si c’étaient de vulgaires caleçons bon marché ! Un mort reste un mort, mais les personnes endeuillés ne doivent pas se sentir comme des radins indignes de l’être cher qui les ont quittés !

Vous imaginez acheter un cercueil avec autant de désinvolture qu’un hamburger ? Vous passeriez quand même pour quelqu’un de glacial non ?

Client : « bonjour mademoiselle, je voudrais un menu Big Macchabé avec un assortiment de fleurs s’il vous plaît ! »

Vendeuse : « Vous le voulez avec ou sans pierre tombale ? »

Client : « avec »

Vendeuse : « Nous avons actuellement des promotions sur les couronnes de fleurs vous seriez intéressé ? On a différentes couleurs de roses »

Client : «  Ah oui, je serais bien tenté par des couronnes mortuaires… mettez m’en deux avec des roses blanches »

Vendeuse : « Bien, pour votre menu Big Macchabé, il vous faut quelle taille de cercueil ? »

Client : « Un S devrait suffire, mon décédé n’était pas très grand »

Vendeuse : « Si votre mort est suffisamment petit vous pouvez peut-être prendre un menu enfant ? Un ourson en peluche est fourni avec, on le met dans le cercueil… »

Client : « Non, ça devrait aller… »

Vendeuse : « Vous réglez comment ? »

Client : « Par carte… ah oui, j’aimerai vous demander un truc, c’est quand que la nouvelle collection de cercueils colorés arrive ? J’ai un oncle guitariste à l’hôpital et il ne devrait plus faire long feu, je pense que ce serait un bel hommage… »

Nous n’en somme pas encore là, mais cela fait presque froid dans le dos…

Dans ce monde, même la mort est devenu un business sans pitié…

PS : Merci à Virginie pour son inspiration, tu te rappelles de la blague du Menu Big Macchabée quand même ?

MAINTENANT VOUS POUVEZ M’ECRIRE A L’ADRESSE SUIVANTE : metaphysiqueduletchi@hotmail.fr

Publicités

Une réflexion au sujet de « si on devait mourrir demain »

  1. Et comment !!! 😉

     » Mais sachez mon bon monsieur, que nous avons également une offre promotionnelle : en cette belle saison estivale en métropole, pour un menu Big Macchabée, nous vous proposons la formule barbecue et sa petite urne funéraire (en plusieurs colories ; cette semaine le magenta est à l’honneur) ».

    Sans oublier, pour les écolos, le cercueil 100% recyclable et ses vers intégrés, pour que nés poussières, ils deviennent compost (plus utile)…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s