my name is…

Plusieurs choix sont offert pour cet article : la version du Courrier des lecteurs du Quotidien de la Réunion (ici) ; le texte original (ci-après) et la vidéo (en fin d’article et ici)

Le 19 octobre 2011, notre cher pays, la France (je préfère toujours préciser de quel pays je parle) accueillait un heureux événement : la naissance d’un bébé.

La femme de notre président de la République, Carla Bruni-Sarkozy, a accouché à la clinique de la Muette de Paris. Il y a des choses qui sont tellement ironique qu’on a du mal à le croire : une chanteuse presque aphone qui enfante à la clinique de la Muette, personne à l’Elysée n’a eu l’idée de lui conseiller un autre hôpital pour éviter des blagues aussi pourrie que la mienne ?

C’est la première fois qu’un président français en exercice devient papa… tous les français en sont émus et beaucoup de mes concitoyens dans un geste de sympathie sont prêt à accorder à notre président un congé paternité exceptionnellement prolongé dès le mois d’avril 2012. On ne badine pas avec l’éducation des enfants surtout les plus jeunes !

Mais ce n’est pas l’arrivée d’un bébé à l’Elysée qui m’interpelle, non ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est le prénom de l’enfant élyséen, qui a été gardé secret quelques temps. La fille de notre président s’appelle Giulia, un prénom italien nous rappelant les origines Piémontaise de la première dame de France.

Ce prénom n’a pas plus aux oreilles d’une personne, je parle de la star des beaufs racistes campagnard et des xénophobes urbains, j’ai nommé Marine le Pen. La présidente du FN aurait préféré que la fille du président porte un nom bien français, un nom du terroir, comme Julie, Brigitte, Elodie, mieux encore pourquoi pas Françoise ou Martine, hein ?

Ce qui est beau Mme Le Pen dans notre pays justement c’est que les parents sont libres dans le choix du prénom de leurs enfants, cela permet d’éviter les redondances, c’est plus pratique pour se démarquer, non ? Mais évidemment, ce n’est pas parce que je suis en partie malbar que mes parents se sont sentie obligé de m’appeler Vijay, Sanjay ou Krishna. Et ce n’est pas parce que je suis en partie yab qu’ils ont choisi mon prénom dans ce sens, j’aurais eu droit à un Alexis, Hubert ou Bertho.

Je suis d’accord Mme Le Pen, cette liberté dans le choix du prénom peut entraîner des dérives. Certains de mes compatriotes réunionnais en sont de bons exemple tellement ils ont appliqué cette liberté de prénom avec passion et imagination. Car oui, ce n’est pas tout de pouvoir choisir le prénom de son enfant, il faut encore trouver l’inspiration, la référence qui va donner au prénom de cet être cher tout son sens. Et pendant longtemps la référence culturelle ultime de nous autres réunionnais c’était bien sûr la télévision. Beaucoup de marmaille doivent leur nom à des émissions télé.

Dans les années 1990, c’est dans les séries américaines que certains prénoms de bébés réunionnais sont trouvés. De nombreux marmailles ont eu droit à des patronymes issus des illustres séries Beverley Hills, Melrose Place et autres soaps du genre Amour, Gloire et Beauté. Quand l’instit à l’école, devait faire l’appel, ça pouvait donner ceci :

Dylan Boyer

Kimberly Hoareau

Taylor Minatchy

Brandon Payet

Alison Souprayen

Mais heureusement cet effet de mode s’est estompé dans les années 2000 avec le boum des telenovela sur les chaînes d’outre-mer. Les enfants ont eu droit à des noms encore plus exotiques et très diversifiée :

Marimar Dijoux

Sergio Minatchy

Marimar Payet

Sergio Rivière

Gustavo Soucramanien

Dans cette masse des personnages issus des séries télévisées, ils avaient des irréductibles, qui préféraient la « poésie » plutôt que la culture télévisuelle : on ne compte plus le nombre d’Océane, Aurore et autres Enzo

Aujourd’hui en l’an de grâce 2011, les parents réunionnais laissent enfin la télévision à sa place, c’est-à-dire dans le salon et non dans le berceau de leur marmot et ils privilégient leur sens créatif dans le choix des prénoms afin de rendre, pensent-ils, leur enfant encore plus unique. On peut voir ce fait toutes les semaines dans le Quotidien de la Réunion dans la rubrique des heureux événements, les prénoms imaginaires sont à la mode :

Maëlla, Lukas, Louman, Matyss et autres déformation et abominations orthographiques.

Une dernière mode a également fait son apparition : les prénoms issus de la contraction de deux autres prénoms :

Alexandré, Maxendre, Léocadie, Linaëlle…. Le pire c’est que les parents sont tellement fiers de leur trouvaille qu’on n’ose pas critiquer le prénom de leur enfant, par crainte de les vexer (car jamais oh grand jamais, il ne faut vexer son entourage)

C’est à se demander si certains parents sont conscients que leur mioche ne restera pas un enfant toute sa vie et qu’un beau jour, il devra chercher du travail, se marier et peut être avoir un poste à hautes responsabilités : « Je me présente Dr Parvédy Brandon Poséidon »

Donc ma chère Marine, vous voyez, il a vraiment pire qu’un prénom italien…

Mais si je puis me permettre une dernière remarque, vous savez ce qui me désole le plus dans cette histoire de prénoms inventés ou issus de la culture télévisuelle ? C’est que ses personnes ne connaîtront pas le plaisir de « fêter » leur prénom dans l’année, car il n’est pas dans le calendrier, contrairement aux vrais prénoms catholiques à la sonorité si douce à nos oreilles : Bernadette, Venceslas, Fleur ou encore Jean-Eudes.

P.S : Mon fils s’appellera Stanislas ou il ne s’appellera pas !

Publicités

7 réflexions au sujet de « my name is… »

  1. Quelle magnifique prénom que Renésmée ! Déjà qu’Esmée c’est pas courant, mais alors là… (Elle pouvait vraiment claquée avant d’accoucher cette Bella !) Le pire c’est qu’elle est la seule du bouquin à en être fière => c’était la parenthèse Twilight
    Encore un post réussi ; vivement la suite 🙂

  2. @ Sylvie : comment devenir prof ? première étape : savoir faire l’appel :-p

    @ Shazou : Stanislas parce que j’aime aussi ce prénom (vraiment), je pourrais l’appeler Stan ou Stanou (mon petit Stanou !) Sinon, ouais, je suis sur tous les fronts !!

    @ Vivi : Renésmée, il y a des noms qui font rêver ! mais ça se trouve il y a des parents fan de la saga qui sont capables de nommer leur gamin comme ça ? o_O

    Merci de votre soutien

  3. Il parait que les prénoms se finissant en -a sont sexy: Angelina (Jolie), Jessica (Alba), Serena (Willams)… il y a des exceptions confirmant la règle. ^^
    Il paraît aussi qu’ils déterminent le caractère/personnalité du porteur: les « Un-tels » sont pacifiques et rêveurs, d’autres fin stratège et plein de vie, mais je n’ai pas encore entendu qu’ils pouvaient être paresseux et imbécil, pourtant il y en a! ^^

    • @ mylittlebuediary : et les « Kévin » t’as pensé aux « Kévin » ?! ^.^ mais oui, les prénoms jouent sur la personnalités des personnes, je n’en doutes pas. Si je m’étais appeler Samson qui sait ce que cela aurait donner !

  4. Euh, Pardon, mais Léocadie c’est un très vieux prénom féminin de la fin du 19ème siècle, en métropole en tout cas.
    Je l’ai vu sur une tombe dans un cimetière en Normandie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s