mangez du riz !

Dans toutes les cuisines réunionnaises, il est l’une des vedettes les plus adulées ! Sa notoriété n’a d’égal que son utilité. Souvent le premier « ustensile » acheté par mes compatriotes pour la préparation de leur repas, il trône fièrement dans la cuisine depuis des générations. Qui ? L’autocuiseur ! L’appareil qui cuit et garde au chaud la base même de l’alimentation réunionnaise (et accessoirement asiatique) : le RIZ.

(une minute de silence s’il vous plaît pour honorer cet appareil cher à nos cœurs bourbonnais).

« Quoi ? allo ? Virginie ? qu’est ce que tu dis ? ah quoi bon avoir une marmite à riz chez soi ? pourquoi acheter dans un tel instrument ? Ma chère amie zoreille, je vais devoir t’ouvrir les yeux (et ceux des lecteurs potentiels) sur l’importance de cet objet plus sacré qu’une voiture tunnée pour le réunionnais »

Commençons donc par décrire l’appareil.

L’autocuiseur ou marmite à riz (marmit’ do riz) est un « ustensile » permettant, comme vous l’avez compris, de faire cuire votre riz. On le retrouve dans tous les supermarchés réunionnais, non loin des casseroles et poêles, ou dans les boutiques « chinois » récalcitrantes, dans ce dernier cas la boîte est souvent jaunie et poussiéreuse et le prix est en francs (CFA). Il en existe bien évidemment de toutes tailles et pour tous les budgets (la mienne était à 10 euros mais je suis sûr qu’il en existe à plus d’un millier d’euros – en plaqué or).

L’appareil est souvent de fabrication asiatique ce qui peut expliquer les nombreuses fautes de français de la notice : « Pour faire cuire à riz, branché l’autocuiseur, vidé le riz et de l’’’eau puis apuyé sur « cuire » ».

Justement pour rectifier ses notices dignes d’un jeune Mongol apprenant le Français (un Mongol de Mongolie hein, restons sur l’Asie) je m’en vais vous faire une explication claire du fonctionnement de l’appareil !

C’est tellement simple que même mon chat pourrait y arriver s’il avait des doigts, et s’il se bouger un peu le c*l au lieu de constamment roupiller ! Bien, il suffit de mettre du riz dans la marmite… (après l’avoir un peu laver) et de rajouter trois fois le volume du riz en eau (bon d’accord ça peut paraître technique pour un novice). Disons pour faire plus simple : 1 verre de riz + 3 verre d’eau et c’est gagné (mode Dora l’Exploratrice). Pensez toutefois à utiliser le même type de verre pour votre dosage.

Branchez la machine et appuyez sur « Cuisson » ou « Cook » ou je ne sais quel bouton (le plus souvent il n’y en a qu’un).

Si vous possédez la marmit’ do riz édition DE LUXE, vous avez sûrement un compartiment supérieur vous permettant de cuire un autre aliment (vous en avez de la chance). J’ai testé pour vous la cuisson d’une courgette (après y avoir fait des trous).

Le principe est simple : lors de la cuisson du riz, la vapeur (montante) va cuire « à la vapeur » (logique) le légume situé dans le compartiment supérieur (la courgette), c’est simple n’est ce pas ? (vous décrochez ? pourtant j’ai mis des images exprès !).

Bref, la cuisson dure environ 30 minutes (le temps du journal télévisé ou d’un épisode de Plus Belle la Vie sur France 4 – avec la pub).

Dès que le riz est prêt, votre autocuiseur change de mode et passe en « garder au chaud » ou « warm », qui vous l’avez compris permet de garder votre riz au chaud. Quelle invention géniale n’est-il pas ?

Je vous conseille toutefois de consommer le riz et de ne pas garder ad vitam aeternam votre riz dans l’autocuiseur, ça serait bête de ne pas le manger après tout ça.

« Alors Virginie ? on se l’a ramène moins maintenant, hein ? Plus de riz en sachet à mettre dans de l’eau chaude, plus de riz à poêler dégueulasse, ni de cuisson à surveiller de près pour pas que la casserole déborde, l’autocuiseur est là ! »

Bon pour mes compatriotes réunionnais qui savaient bien évidemment à quel point cette invention était géniale et n’avez pas besoin d’un cours, je vous laisse quand même un petite recette toute conne et facile pour avoir un riz « différent » (ne vous attendez pas à de la grande cuisine). Mode Maïté « on » :

Pour cela vous aurez besoin :

De l’huile d’olive, un oignon, du cumin et de la crème liquide.

Pendant que votre riz est gentiment au chaud dans votre autocuiseur (quand il est cuit ou presque cuit), faites revenir dans un poêle un oignon finement haché avec un peu d’huile d’olive. Baisser un peu le feu et ajouter la crème liquide et le cumin, mélanger. Ajouter ensuite le riz et mélanger (z’avez vu comme c’est simple). Un riz au cumin, c’est pas si mal pour changer (saler et poivrer si vous en avait le cœur – aucun vrai réunionnais ne le ferais mais je le dis quand même)

Et bon appétit bien sûr !! (manque l’accent, mais difficile de le faire à l’écrit)

Mouhaha !

Pour ce 11 novembre 2011, j’ai forcément pensé à vous écrire un petit post. Bien sûr ne vous faites pas d’illusion, pour pouvoir publier un article le 11/11/11 à 11h11 il a fallu usé d’ingéniosité (un tout petit peu) et faire confiance à la publication automatique de post (merci WordPress !). J’aurais pu vous faire un post en lien avec cet événement « extraordinaire » qu’est l’invasion des UNS mais j’ai décidé de ne pas succomber à la tentation d’un article louche au profit d’un truc plus léger que j’avais promis à ma très chère amie Virginie !

Publicités

7 réflexions au sujet de « mangez du riz ! »

  1. Généralement pour mettre de l’eau, les réunionnais emploient la technique de la phalange : tu mets ton riz dans ta « marmite » (« marmite de riz » on dit dans ma famille), tu laves ton riz (minimum « 4 l’eau ») et tu remplis d’eau ta marmite jusqu’à la 1ere phalange de ton majeur (ce qui implique que tu mettes ton doigt dans l’eau ^^ ») = ça revient à la même chose que ton « 3 fois le volume de riz avec de l’eau » (oui, oui, c’est magique !)… Enfin moi je dose mieux l’eau comme ça. Et puis il y a plusieurs types de cuissons du riz : ceux qui aiment le « riz en grain » (cuit avec les « justes » mesures) et ceux qui aiment le riz un peu plus mou (il faut ajouter un petit peu plus d’eau pour ça).

  2. Tout est question de pratique pour le dosage de l’eau, mais une fois le riz lavé et étant donné que tu as les mains mouillées, il est plus pratique et plus économique en temps (poser la marmite, aller chercher le doseur et revenir) de juger à la main.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s