La Réunion

Bout de rocher perdu dans l’Océan Indien avec un drapeau tricolore planté dessus, l’île de La Réunion est l’œuvre commune de deux volcans : le Piton des Neiges (3 070 mètres) et le Piton de la Fournaise (2 632 mètres). Peuplé par plus de 800 000 âmes, l’île est un mélange douteux de population d’origine diverse que la colonisation a rassemblé.

Cette présentation de La Réunion est divisée en 4 parties :

– L’histoire

– La population

– Le climat et la géographie

– L’économie

L’histoire :

L’histoire de La Réunion est relativement récente, car ni les arabes l’ayant découverte au Moyen-âge, ni les Portugais l’ayant redécouverte au XVI ème siècle, n’ont vu l’intérêt de coloniser cette terre volcanique.

Il faudra attendre 1640, pour que des navigateurs français, égarés sur leur chemin menant vers l’Inde, décident de prendre possession de l’archipel des Mascareignes.

En 1642, les Français débarquent sur l’île pour faire une “pause” et lui trouvent un nom : Bourbon, en l’honneur de la famille royale française.

Il s’en suit plusieurs tentatives pour coloniser l’île durant les trois décennies suivantes, notamment une drôle d’histoire avec des mutins ramenés de Madagascar. Ce n’est finalement qu’en 1663 que le peuplement commence réellement. Un navire, le Saint-Charles, débarque dans la baie de Saint-Paul avec 2 hommes français et 10 serviteurs malgaches (dont 2 femmes) pour coloniser la terre vierge. L’aventure métissée de l’île commence donc dès le début de son peuplement (si vous voyez ce que je veux dire).

Pendant un siècle, l’île Bourbon sera la propriété de la Compagnie des Indes Orientales (1665-1764). La société a pour objectif de développer le territoire au profit du Royaume, notamment l’agriculture qui fournit à la métropole des denrées exotiques, essentiellement du café et des épices. Afin de cultiver les champs, les propriétaires terriens feront venir des esclaves de la Côte Est africaine et de Madagascar.

Lorsque la Compagnie fait faillite, le roi de France rachète la colonie qui est paradoxalement en plein essor économique.

Durant les périodes révolutionnaires et impériales, c’est la cacophonie dans l’île. La colonie change de nom au gré des bouleversements politiques nationaux : Bourbon devient La Réunion (1793) puis Bonaparte (1806) puis Bourbon à nouveau (1810) pour redevenir La Réunion (1848).

Ce drôle de nom est un hommage à la réunion des révolutionnaires contre le régime monarchique (réunion des Etats généraux).

Pendant la révolution : La Réunion subit une sorte de dictature de l’assemblée révolutionnaire et l’esclavage est maintenue.

Durant la période impériale : l’île, devenue Bonaparte, est au cœur du conflit franco-anglais pour le contrôle de l’Océan Indien. Durant cette guerre, l’archipel des Mascareignes passera dans l’empire britannique. La Réunion sera d’ailleurs sous l’emprise des Anglais pendant 4 années (1810-1814 – pendant lesquelles elle reprendra le nom de Bourbon), l’héritage le plus important de cette période reste le développement de la culture de canne à sucre, devenue plus rentable que les épices et le café.

A la suite du traité de Paris de 1814, la France récupérera l’île Bourbon mais pas l’île Maurice (anciennement “île de France”),  considérée comme la “clef de l’Océan Indien”, l’île soeur reste une possession britannique.

DSC01381

Avec le retour de la République (1848), une décision très controversée est prise : l’abolition de l’esclavage. Le 20 décembre, le commissaire de la République Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga proclame l’abolition de l’esclavage à Saint-Denis, l’île comptait alors 60 000 esclaves.

Les propriétaires terriens désabusés par cette abolition font alors appel à l’engagisme pour trouver des travailleurs pour leur champ. Une nouvelle vague migratoire venant de l’Inde, de Madagascar et d’Afrique est alors lancée. L’engagisme sera un des nouveaux moteurs du métissage de l’île.

Pendant ce temps, la France, elle, lorgne sur Madagascar. La grande île est colonisée en 1895, La Réunion est alors mis au second plan au profit de l’exploitation des richesses naturelles de l’île rouge. Ce sentiment de délaissement est renforcé durant les deux guerres mondiales. Lors de l’occupation allemande, l’île à présent rattachée à la colonie malgache, sera sous le contrôle du régime de Vichy avant de rejoindre la France Libre en novembre 1942.

DSC09279A la fin de la guerre, la métropole s’intéresse à nouveau à sa colonie et l’intègre pleinement dans la République en faisant de La Réunion un département français d’outre-mer (1946). Le renouveau économique de l’île et le développement des infrastructures ne se fera pas avant les années 1970 et 1980.

La population :

Au niveau de l’organisation : La Réunion est une région française avec un département unique (le projet de bidépartementalisation ayant échoué par son impopularité et vaincu par un slogan des plus douteux – Coup’ pas nous). Elle possède 24 communes dont l’essentiel porte le nom de saint (pas d’homonymie). L’histoire a voulu que la majorité des communes de l’île aient été créées à la suite d’une loi obligeant toute nouvelle municipalité de France à porter le nom d’un saint (cette loi n’est plus valable mais vu le nom des communes créées ensuite, on se demande si elle était vraiment une mauvaise idée : les Avirons, l’Entre-Deux, le Tampon). Le chef-lieu porte ainsi le nom de Saint-Denis (Sin-Dni pour les accros de langue créole).

La population réunionnaise est issue d’un métissage résultant des différentes vagues migratoires : Européennes, Africaines, Chinoises et Indiennes (comprenant une population de confession musulmane issus de la région du Gujarat et une population hindoue issus de la région du Tamil Nadu). Ainsi, même si la majorité des réunionnais est de confession catholique, les plus grandes religions du monde se retrouvent sur l’île : islam, hindouisme, bouddhisme et même judaïsme (en quantité limité).

Le métissage se retrouve également dans la langue créole dont le vocabulaire est hérité de cette immigration. Mais c’est surtout dans la cuisine réunionnaise que ce mélange est le plus frappant (un vrai melting pot ?)

Le climat et la géographie :

Pour ce qui est de la météo, c’est un vrai bordel !

La Réunion possède un climat de type tropical humide traduit par une saison sèche fraîche et une saison humide chaude, mais du fait de la présence d’une montagne de 3 070 mètres en son centre (le Piton des Neiges), l’île est divisée en deux : une côte aux vents soumis à des précipitations importantes aux paysages verdoyants (Nord-Est) ; une côte sous-le-vent plus sèche aux paysages de savane (Sud-Ouest). Comme si cela n’était déjà pas assez compliqué, les reliefs de l’île accentuent la différence de température. Aussi, lorsqu’il fait 29°C sur la côte ouest au même moment en montagne il fait 12°C. L’île présente ainsi une multitude de micro-climats !

DSC01089Cerise sur le gâteau météorologique, La Réunion se trouve également sur la trajectoire des cyclones.

Les volcans, les précipitations et les micro-climats qui en résultent, confèrent à l’île de La Réunion une grande diversité de paysages : des savanes de l’Ouest, des forêts luxuriante des Plaines, le paysage volcanique du Piton de la Fournaise, les plages de sable blanc et noir, une barrière de corail et le paysage montagnard des cirques sont autant de preuves d’une île aux “mille visages”. Ces conditions ont également permis le développement de la biodiversité, l’île regorge ainsi d’espèces endémiques (essentiellement végétales).

DSC01273L’économie :

Un petit mot d’économie ? Parce que c’est bien beau d’avoir une île volcanique, une population métissée etc, mais il faut bien travailler pour vivre.

L’agriculture est longtemps resté le pilier de l’économie locale avec une importance particulière pour la canne à sucre, dont la culture est subventionnée par les aides européennes.

DSC07049Cependant durant les deux dernières décennies, le secteur tertiaire a supplanté l’agriculture, notamment les services administratifs et le secteur touristique. Avec environ 400 000 touristes non-résidents chaque année, l’île de La Réunion est une destination de plus en plus prisée, essentiellement par des métropolitains. Pour ce qui est de l’industrie, le BTP prédomine même si le secteur agro-alimentaire continue son ascension (et il n’y a pas que la fabrication de rhum !).

DSC06530Ce nouveau dynamisme économique n’empêche pas La Réunion d’être le mauvais élève du pays avec un taux de chômage à faire évanouir n’importe quel dirigeant d’un pays développé : + de 30%. Ce qui engendre une situation sociale des plus complexes.

Pour finir quand même sur une note positive, des efforts sont réalisés pour que La Réunion devienne une île plus “verte”. Les projets visant l’autonomie énergétique d’ici 2030, le développement des filières de traitement des déchets et de l’eau et la création du Parc National de La Réunion sont les actions les plus marquantes visant à protéger un espace restreint tout en le développant.

En août 2010, l’UNESCO classe le Parc National de l’île, patrimoine mondial de l’humanité sous l’appellation “Pitons, cirques et remparts”, un pas en avant pour préservation de la richesse de l’île.

Sites d’intérêt sur internet :

www.reunion.fr
www.outre-mer.gouv.fr/?-la-reunion-.html
www.regionreunion.com
www.cg974.fr

 

10 réflexions au sujet de « La Réunion »

  1. Article plaisant à lire, orientée sur l’histoire de la Réunion (cela m’a amèrement rappelé le cours d’histoire (dispensé par M. Pecastaings) en CM1, sur les différents noms qu’a pu porter notre île). On se rend bien compte que tu aimes l’histoire. Dans l’éducation française, on ne dissocie pas l’histoire de la géographie, ce qui est regrettable. Il faudrait aussi que tu puisses parler de l’économie (récente) de l’île.
    Bon article. ^^HP

    P.S.:A ceux, qui à la suite de cette article voudrait visiter l’île, je dirai: « Just Do it! »

  2. j’ai retenu biodiversité exceptionnel, faudrait que tu développes un peu ça lol! ça pourrait même faire l’objet d’un autre article!
    Sinon j’ai quand même appris quelques trucs grâce à ton travail.
    Bonne continuation

    ps: je vais te faire de la pub sur la toile 😉

  3. J’ai pris note de vos remarques, cette page va évoluer au fil du temps, j’espère faire une présentation plus complète de l’île…
    Je me suis focalisé sur l’histoire de l’île pour cette première version, mais je compte bien parler de la géologie (pas trop non plus) ou encore de l’économie « récente » de l’île ^.^
    C’est vrai que pour le moment, il est difficile de voir le côté biodiversité, mais là j’attends de prendre quelques photos par moi même avant de présenter notre faune et surtout notre flore. Je me refuse d’utiliser Google images >.<
    Merci encore pour vos commentaires

    • Si tu as besoin de photo je peux t’en passer je me suis trouver une passion pour la biodiversité de notre île 🙂 Grâce à ma formation en génie biologique à l’IUT lol. Merci l’université ^^

  4. Bonjour Le Letchi.
    Les parties Economie et Population mériteraient un peu plus de profondeur.
    « la canne, culture subventionnée » -> oui certes, comme toute l’agriculture en Europe en fait, mais c’est aussi les industries sucrières, le fonctionnement du Port… Et Minatchy pour le côté historique ! lol !
     » les 400 000 touristes » -> mis à mal par la crise requins, mais essentiel.
    « le BTP domine » -> c’est un pilier économique important mais très fluctuant en fonction des grands projets menés (ou non)
    –> d’où – entre autre- un chômage important.
    Sans oublier que l’on a des atouts comme un secteur des TIC particulièrement dynamique à l’échelle du territoire, un taux d’autonomie alimentaire intéressant sur les produits frais, ou encore un fort taux entrepreneuriat (do moun i essay enssorte a zot^^)

    Côté Population, faudrait juste détailler un peu, c’est notre richesse aussi non?

    Sinon bonne continuation 🙂

  5. Super blog et supers vidéos ! surtout celles sur les conflits culinaires. Zoréole vivant en Italie, ça me rend très nostalgique. On fera un peu de pub sur tes vidéo dans notre blog (sur les thématiques de l’alimentation et de l’agriculture durables dans la perspective de la prochaine Exposition universelle) quand j’écrirais enfin mon article sur l’autonomie alimentaire dans les îles (c’est moins drôles mais c’est intéressant !), avec un zoom sur la Réunion, forcément. http://nutriilpianeta-expo2015.org/

    Bonne continuation 🙂 Lucia

  6. Salut Le Le Letchi, j’suis un grand fan de tes vidéos et je t déja rencontré (je suis un abonné qui connais ton vrai nom), je voudrais savoir si tu as des projets qui concernent tes abonnés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s