gimp 2014.01

En ce début d’année 2014, je me suis pas mal amusé avec Gimp et l’actualité. Certains ont pu le voir sur les pages Facebook et Twitter.

J’ai décidé de résumé ici, les différentes images mises en ligne.

Quand LadiLafé_FR lance sur Twitter un jeu des noms de films créolisés, je m'amuse assez vite

Quand LadiLafé_FR lance sur Twitter un jeu des noms de films créolisés, je m’amuse assez vite

54254-2

Les 2 et 3 janvier, le cyclone Bejisa touche l'île. S'il ne restera peut être pas dans les mémoires comme un cyclone catastrophique, néanmoins, il permettra à certains de "LEVEL UP !"

Les 2 et 3 janvier, le cyclone Bejisa touche l’île. S’il ne restera peut être pas dans les mémoires comme un cyclone catastrophique, néanmoins, il permettra à certains de « LEVEL UP ! »

Le 8 janvier, la vierge parasol a été retrouvée étêtée un matin à Ste Rose. Une image très second degré (sur une idée originale de R2)

Le 8 janvier, la vierge parasol a été retrouvée étêtée un matin à Ste Rose. Une image très second degré (sur une idée originale de R2)

Le 31 janvier, la communauté chinoise a fêté l'année du cheval... nous aurons une petite pensée envers une grande marque de produits surgelés

Le 31 janvier, la communauté chinoise a fêté l’année du cheval… nous aurons une petite pensée envers une grande marque de produits surgelés

Les stations services de La Réunion annonce une grève le 29 janvier, les réunionnais s'adaptent

Les stations services de La Réunion annonce une grève le 29 janvier, les réunionnais s’adaptent

Fin de la grève des stations-service à La Réunion, nous pouvons être "soulagés"
Le 2 février : fin de la grève des stations-service à La Réunion, nous pouvons être « soulagés »

Publicités

hurricane survivor

Image

Les marques Pardon! et L’Effet Péï sort prochainement chacun un T-shirt pour « célébrer » le passage de Bejisa. J’ai imaginé mi même une petite image à la sauce gamer pour l’occasion.

Game Cyclone ENGTraduction :

La Réunion : le jeu de survie.

Succès déverrouillé : Vous avez survécu à plusieurs cyclones sans prendre de dégâts.

humeur : un igloo mafatais

Tu te souviens des hélicos qui nous berçaient le soir ? Des incendies qui teintaient de rouge le ciel ? Tu te souviens des images diffusées à la télévision nationale ? Des analyses tordues sur le pourquoi du comment de la société réunionnaise ? Je vois dans tes yeux de la nostalgie… ne t’en fais pas, cette année encore nous aurons droit à nos manifestations de jeunes désœuvrés et désorientés.

On commence avec les jeunes saint-lousiens qui, en ce mois anniversaire des événements du Chaudron 2, prennent le relais, ou plutôt le flambeau, afin de faire entendre leur réclamations.
Il manque de travail pour la jeunesse ? La solution des saint-louisiens : saccager les abris bus, bloqués les rond-points et le pont de la Rivière Saint-Etienne (déjà qu’on est embêtés par la fermeture du radier – j’y reviendrais). Dans cette manifestation il y a quand même deux trois trucs que je ne comprends pas : tout d’abord l’intérêt de brûler une école ? C’était quoi l’objectif ? On n’a pas d’emploi, faisons en sorte que la génération suivante n’ait pas d’éducation ? Ensuite, c’est quoi ce type qui armé d’une tronçonneuse s’en ai pris aux arbres de la ville ? « Aller, je vous montre que je ferais un super emploi vert pour la mairie ! j’élimine les arbres !! » A priori, il n’a pas tout compris du principe d’un emploi vert…
Enfin, devinez à qui les jeunes demandent des emplois ? Au maire de Saint-Louis ! Oui, parce qu’à priori ce sont les communes qui créer de l’emploi (je découvres, là)
Ma question c’est pourquoi chercher du travail à la mairie du Saint-Louis ? elle est sous tutelle de l’Etat pour ses finances, c’est l’une des communes les plus endettés de l’île ! Demandez un emploi à la ville de Saint-Louis revient à envoyer une candidature spontanée chez Petrolus ou Acelor Mittal France !
Autant faire votre demande à une commune en plein essor ! Comment ? Il n’y en aurait pas à La Réunion ? Toutes les communes sont dans le rouge ? Bon, ben, continuez à brûler des poubelles alors ! (et sinon le Pôle Emploi, vous avez testé, on m’a dit que c’était the place to be pour la recherche d’un travail ?)

Hier soir, les jeunes chaudronnais sûrement jaloux que l’anniversaire de leur manif 2012 soit éclipsé par les événements de Saint-Louis, se sont eux aussi amuser à brûler quelques poubelles. Bon ce n’est pas encore du niveau de l’année dernière… les gars, on vous a connu plus en forme ! On va commencer à vous prendre pour des ‘ti graines… Soyez à la hauteur de votre réputation ! Hier j’ai à peine entendu un hélico passait et quelques cris ! Même pas de quoi m’empêcher de dormir !

Pour revenir à Saint-Louis, je demanderais aux manifestants juste une chose : pas touche au radier de la rivière Saint-Etienne ! Il y a des limites ! Les poubelles brûlées et les écoles incendiées, d’accord, mais les embouteillages, non ! On en a déjà assez !

radier st etienne cri femme

(photo J.Lebon – JIR)

6 ans après Gamède et l’effondrement de l’ancien pont, le nouvel ouvrage d’art n’est toujours pas terminée (livraison prévue en début d’année 2013, non, plutôt en juillet, non, en fait c’est en septembre). Le radier mis en place en rivière pour le trajet St-Louis/St-Pierre n’a pas tenu aux pluies de Felleng (ni à celle de Dumile). N’empêche, chers travailleurs du nouveau pont et du radier vous avez quand même eu 4 ans sans aucune crue significative alors que les voitures passaient “dans” la rivière…. pas une fois durant cette période il n’y a eu de dégâts sur le radier ! Faut vraiment être chanceux… ou bien c… Je serais vous je poserais des questions à ma femme sur sa fidélité durant ces dernières années…
Mais en cette année 2013 (aller savoir si cela a un lien avec le 13), deux grosses perturbations en moins d’un mois, deux coupures du radier… et de longues, très longues file d’embouteillages pour passer sur l’unique pont restant…
Sur les ondes des radios, les 800 000 ingénieurs en génie civil de La Réunion ont crié leur mécontentement et donné leur avis sur la conception du radier et du futur pont… (800 000 ingénieurs à La Réunion et les jeunes Saint-Louisiens veulent avoir des emplois verts… je sens un problème là)
Les plaintes ne changeront rien au fait qu’il faudra 3h30 pour joindre Saint-Denis à Saint-Pierre. Ça rappellerait presque l’époque d’avant la route des Tamarins, sauf que là au lieu d’admirer le Cap La Houssaye coincé dans les embouteillages, on peut admirer l’étang du Gol et l’usine sucrière de Saint-Louis, c’est moins glamour, je vous l’accorde. Moi j’ai opté par les Plaines pour faire St-Denis/St-Pierre, résultat : 1h45 de route mais surtout un beau paysage de montagnes (avec des vaches).

En dehors de ces tracas, il y a quand même des nouvelles “insolites” sur l’île, comme cette annonce dans le JIR. On prévoit bientôt à La Nouvelle l’ouverture d’un Igloo.

mafate la nouvelle - igloo

Image non contractuelle

Alors que les zoreils tombés par hasard sur ce blog, se rassurent, il ne fait pas encore suffisamment froid à La Réunion pour qu’on remplace les vouves de bichiques par des harpons pour la chasse aux phoques. L’Igloo est un glacier, l’un des plus connus de l’île.
En trois ans, le glacier, historiquement implanté à Saint-Denis, a ouvert plus de nouvelles enseignes que Mc Donalds à La Réunion… et si les choix d’implantation jusque là m’avait étonné (Le Port, le Chaudron, Saint-André, Saint-Joseph…) ce n’était rien comparé à cette ouverture à Mafate !
Non, mais Mafate quoi ! le cirque le plus isolé, le mieux protégée de l’île aura un Igloo ! (J’imagine les Salaziens se farcir le Col des Boeufs et ces 2h30 de marche pour aller manger des profiteroles). Les puristes de la randonnée vous diront que de toute manière, La Nouvelle ce n’est pas Mafate, cet îlet a perdu de son charme et est depuis longtemps devenu un gros village… Oui, mais quand même, ça reste choquant !
On annonce que les glaces seront acheminés par hélicoptère depuis le littoral… Un délire digne du téléphérique Saint-Leu/Cilaos !
Quand on pense que l’hélico est surtout utilisé pour le transport de matériel nécessaire à la (sur)vie des Mafatais et leur apporter meubles et provisions, on se rend compte du luxe farfelue de manger des glaces faites sur le littoral (qu’on a quitté il y a quelques heures plus tôt – la glace goyavier est arrivée à La Nouvelle avant vous !).
Cela me rappelle une histoire sur Mme Desbassayns qui habitant dans à Villèle (St-Paul) demandait à ces esclaves d’aller chercher de la glace dans la région du Grand Bénare (à la Glacière) pour avoir des glaçons dans sa boisson en été… Grisant !

Gérald Mercadier a écrit un roman “Mafate City” dans lequel il d’écrit une Réunion futuriste où Mafate devient une grande métropole, j’espère que ce projet d’Igloo n’en est pas la première pierre, enfin, le premier glaçon…

une carte météo très utile

Alors que Dumile avance tranquillement vers La Réunion, nos bulletins météo nous sortent les cartes les plus inutiles de l’histoire de la météorologie :

Carte météo Dumile 02/01/2013

Sinon, il y avait un petit reportage sur France 24 à notre sujet : « Les habitants de l’île sont habitués depuis des décennies aux cyclones… »

C’est connu, nous, les réunionnais, sommes des guerriers… 120km/h de rafales pour ce soir ? même pas peur ! Par contre si on pouvait éviter que la télévision coupe quand on regarde « Sacrifices de femmes »… ça éviterait un psychodrame !

humeur : les ricains ont leur gamède

C’est quoi leur problème aux Taz’unis ? Un cyclone ? On essaie de nous faire croire qu’un pays aussi grand, aussi riche, aussi équipé que les États-Unis ne sont pas capables d’affronter un pauvre cyclone ? C’est une plaisanterie ! Une propagande antiaméricaine née dans l’Extrême-Orient pour décrédibiliser la première puissance mondiale !

Le pont de Brooklyn et de l’eau pour noyer chagrin et peine… (Photo : Bebeto Matthews)

Eh bien, non. Cela tourne en boucle dans les journaux nationaux : l’ouragan Sandy est passé sur la côte est américaine dans la soirée du 29 octobre, effrayant les habitants déjà stressés par la campagne présidentielle.

Mais qui est donc cette Sandy ?

Née dans la chaude mer des Caraïbes, Sandy est un cyclone de catégorie 2 qui, après avoir touché les grandes Antilles et la Floride, s’est dit que ce serait bien de faire un peu de tourisme à New York et peut être aller voir un spectacle à Broadway.

Vu de La Réunion, Sandy n’a pas l’air très effrayante, un cyclone qui n’arrive pas à la cheville de Gamède (2007, catégorie 3) ou de la belle Dina (2002, catégorie 4) qui avaient toutes deux ravagés l’île avec leurs vents dépassant 200 km/h (contre 180 km/h pour Sandy) sans que cela n’apparaissent dans les médias internationaux.

Quand la merde arrive… il faut savoir faire face… tout en évitant le panneau publicitaire emporté par le vent

Alors, effectivement pourquoi un tel engouement pour un système dépressionnaire si commun sous nos latitudes ?

La réponse se trouve sans doute dans ce que représente New York aux yeux du monde (et des médias français), une ville cosmopolite, lieu remplis de fantasmes. Les spectateurs aiment voir les géants se plier de douleur, s’effondrer face au catastrophe. Aussi, ils se délectent de voir des rues et quartiers mythiques (Broadway, Time Square), aussi déserts que dans les films de catastrophes hollywoodiens. Ils jouissent de voir le sacro-saint lieu du capitalisme qu’est Wall Street fermé pour la première fois depuis le 11 septembre 2001. Ils s’extasient à voir les lumières de la ville qui ne dort jamais s’éteindre à cause des pannes d’électricité.

Un « plaisir malsain » déjà ressenti lors du passage de l’ouragan Katrina. « Comment un pays aussi riche ne peut-il pas venir en aide à ses propres habitants ? » disions-nous alors avec une bonne dose de fierté caché derrière notre système d’alerte et de prévention réunionnais (exporté depuis 1999 aux autres départementaux français).

Avec Sandy, c’est le retour de cette critique remplis d’orgueil. Pour une fois qu’on est mieux lotis que les ricains, on ne va pas bouder notre plaisir. On n’a pas gratte-ciels, de comédies musicales, de taxis jaunes, ni de métro, mais au moins on sait faire face à un cyclone.

Oui, mais (car il y a toujours un « mais » qui débarque dans mon discours pour nuancer mes propos), les new-yorkais contrairement à nous, ne voient que très rarement un cyclone passer au-dessus de leurs têtes. Selon les météorologistes, Sandy est l’ouragan le plus important qu’ait connu l’État de New York depuis plus d’un siècle. Ce n’est donc pas un phénomène fréquent pour les mangeurs de hot-dogs.

Face à cette situation « nouvelle », les autorités font de leur mieux : le maire de la ville a demandé à ses habitants de ne pas saturés les lignes de secours inutilement (ils n’ont pas Free Dom là-bas pour extérioriser leurs petits malheurs) et de ne pas sortir de chez eux, des consignes qui nous paraissent évidentes à l’île Bourbon.

Juste avant le passage de l’ouragan, la population s’est rué dans les magasins pour acheter des provisions. Un phénomène familier pour un réunionnais qui à chaque alerte orange doit se battre pour récupérer la dernière bouteille d’eau du Score Jumbo.

Les gens, même s’ils ont été informés, découvrent une situation météorologique inédite pour eux, même si aux yeux des réunionnais tout ceci semble « banale ». Qui sommes-nous pour juger ?

Comme me l’a fait remarquer un collègue, imaginons que La Réunion se trouve victime de chutes de neige avec des routes couvertes de 10 cm d’épaisseur. Une situation commune pour un new-yorkais (et un zoreil aussi d’ailleurs) mais qui paralyserait l’île pendant quelques jours par manque d’habitude (et inonderait Free Dom d’appels inutiles et pousserait le maire de Saint-Leu à faire un arrêté municipal pour interdire la neige de tomber…)

Sandy nous semble bien peu face à notre vécu climatique, mais chaque habitant de la Terre du fait de sa situation géographique a des liens différents avec le dieu Éole.

On peut tout de même déplorer le manque d’information sur les victimes du cyclone Sandy à Haïti ou à Cuba. C’est une question de style ma petite dame ! Pour le téléspectateur, regarder New York sous les eaux, c’est jubilatoire, regarder un haïtien perdre sa maison, c’est culpabilisant. J’ai du mal cependant à comprendre le peu d’intérêt qu’ont les médias pour les autres états américains touchés… Le New Jersey n’est pas suffisamment glamour ?

Plus de doute, des hippies travaillent pour le service météorologique américain

En tant que réunionnais, on pourrait aussi se plaindre que les médias nationaux parlent plus d’un événement météorologique outre-atlantique (aussi exceptionnel soit-il) que d’un événement similaire lorsqu’il arrive sur son propre territoire (quand un cyclone touche La Réunion, TF1 s’emballe t-il autant ? Bon en même temps, on en a marre de la mauvaise pub qui plombe le tourisme).

Scrutons le ciel et les médias, attendons le prochain cyclone qui frappera La Réunion et voyons si les journaux nationaux s’intéressent à notre misère.

En plus, il y a des chances qu’une dépression nous agresse cette année. Philippe Caroff, ce brave Philippe de Météo France Réunion, a annoncé hier que la saison cyclonique qui débute devrait être normale voir supérieur à la normale, différente donc de celle de 2011/12 (exceptionnellement pauvre en système dépressionnaire).

Mais ne nous emballons pas trop vite, j’ai appris aujourd’hui par une collègue que 80% du territoire de la commune de Saint-André était en zone inondable. Aussi éduqués que nous sommes face aux cyclones, nous restons fragiles.

humeur : kilian et anais

Ce n’était une surprise pour personne, pourtant cela a fait son petit effet vendredi soir. Kilian Jornet est devenu le vainqueur du Grand Raid 2012, vingtième édition.

Dès le (faux ?) départ jeudi soir au Cap Méchant de Saint Philippe, nous avons tous pu suivre l’avancé de ces fous qui, une fois l’an, traversent la Réunion pour un pèlerinage en l’honneur du Dieu des montagnes. Très vite, nous avons compris que le catalan de 24 ans (bientôt 25), largement favori, allait remporter la compétition. Plus la journée de vendredi avançait, plus Kilian nous surprenait par sa force, son énergie, son Français parfait et sa gentillesse envers les journalistes… même les plus pots de colle.

À Mafate, Kilian rejoignit Roche Plate à Maïdo en 1h30*… un exploit qui fera dire à mon chef de service légèrement « jaloux » que ce garçon devait faire pipi fluo… « Sur ce, moi je vais fumer une cigarette… ». Extra-terrestre ? Futur Lance Armstrong ? ou simplement un homme qui nous refile des complexes ?

Dieu a un nom : Kilian Jornet
(photo AFP – récupéré sur le Républicain Lorrain)

J’espère juste que l’exploit de l’Espagnol donne envie à mes compatriotes de se mettre à la randonnée (le trail c’est dur quand même) et expliquer aux jeunes qu’il n’y a pas que le football et la 3DS dans la vie.

Quoi ? On pourrait aussi donner à son futur enfant le prénom de « Kilian » ? Je reste sceptique sur l’efficacité de la chose, on a vu ce que cela (n’) a (pas) donné avec les garçons nommés Zinedine (ils ont 14 ans aujourd’hui).

Outre Kilian, un autre prénom a fait sensation la semaine dernière : Anaïs, le premier système dépressionnaire de la saison cyclonique (si tôt ? la fin du monde approche !). Anaïs a donné la « tremblade » aux raideurs quand Météo France a procédé à son baptême 4 jours avant le départ.

Anaïs, une déception tropicale
(Image de meteo-reunion.com – sur Zinfos974)

Et puis… pas grand chose finalement. Anaïs n’a pas été à la hauteur d’une vraie dépression et s’est épuisée avant de toucher les côtes réunionnaises. Une pluie « sympathique », un ciel gris et puis s’en va. N’en déplaise aux raideurs, j’espérais sincèrement que les pluies soient plus fortes. Il faut l’admettre un cyclone cela fait du bien. Je vous en assure ! ça remet les idées en place, ça relance l’économie (des supermarchés), ça fait grimper l’audimat de FreeDom, ça remplit les nappes phréatiques**, et ça arrose ! Raaah, les planteurs du Sud auraient cessé de gémir devant le portail des administrations à cause de la sécheresse !

Pourtant malgré l’échec d’Anaïs et le manque d’eau, on ne les entend plus. Ah, le JIR me donne la réponse

À défaut de pluie, ce sont 3,2 millions d’euros d’indemnités qui vont être versés aux 637 exploitants touchés par la pénurie d’eau. Alors, voyons voir 3,2 millions divisés par 637… Ma calculatrice me dit que cela fait 5 023 euros par tête de pipe. Je veux bien que z’enfant i pleur’ pas na poin tété mais quand même…

Et sinon, mon gardenia est en train de mourir sur mon balcon, j’ai droit à des indemnités pour le préjudice causé ou je dois attendre le prochain cyclone… Boldwin ? Sinon je peux arroser ma plante… bonne idée, ça… arroser… vous savez si les agriculteurs y ont pensé ?

* il faut plus de 3 heures pour un bon marcheur

**trust me I’m a hydrogeologist