à quoi sert l’outre-mer ?

A des milliers de kilomètres de Paris, il existe des terres sur lesquelles le drapeau français est planté. Fragments de l’ancien empire colonial, l’outre-mer reste un enjeu stratégique pour la France de demain. Pourtant, il est sujet à de nombreuses critiques de la part des français d’hexagone.

L’idée d’une vidéo sur l’outre-mer de manière générale est restée longtemps à l’état de larve dans mon cerveau. Depuis mes premières vidéos sur Internet je voulais aborder ce thème, j’avais même hésité à en faire un article de blog, mais je me suis rendu compte que cela n’aurait pas eu le même impact.

Cette vidéo n’est pas ma meilleure réalisation. Elle n’est pas non plus dans la même veine comique que les précédentes et c’est normal. Je ne voulais pas faire quelque chose de drôle au départ, juste une vidéo explicative.

Qu’est ce qui m’a poussé à aborder ce thème ? Il y a trois raisons :

La première c’est mon agacement à chaque fois qu’un article sur La Réunion ou les autres territoires d’outre-mer apparait sur un site d’actualités nationales. Les commentaires des internautes métropolitains m’exaspèrent par leur haine et leur ignorance. Je voulais apporter un début de réponse à leurs remarques nauséabondes.

La deuxième est personnelle, je souhaitais apprendre d’avantage sur l’outre-mer et ses enjeux dans le pays. Ce fût pour moi un bon exercice.

Enfin, je sais que beaucoup de jeunes réunionnais sont partis en hexagone (et au-delà) pour leurs études et pour une nouvelle vie, j’ai déjà été dans cette situation. Ces jeunes vont être confrontés à des personnes qui ne savent rien de l’outre-mer mais qui ont pourtant des idées très arrêtées sur le sujet. Cette vidéo doit aussi leur donner les premiers arguments, les premières armes dans une discussion qu’ils auront forcément avec ce type d’individu.

La vidéo a également pour but de créer un débat entre nous, chercher les raisons de l’existence de l’outre-mer français et peut être aussi avoir un petit sentiment de fierté par rapport à notre situation et notre place dans cette République.

Publicités

polandball #3

Image

Deux nouveaux polandballs !

antilles chikLe premier parle de l’épidémie de chikungunya qui sévit aux Antilles Françaises en cette année 2014. L’île de La Réunion avait été touché en 2005-2006 avec plus de la moitié de la population infecté. Les autorités n’ont pas su gérer cette « crise » et les médias nationaux ont souvent exagéré la situation sur l’île parlant parfois de « cadavres dans les rues de l’île ». Cela n’a pas arrangé ni le tourisme, ni l’économie de l’île. Never forget 2006.

mayotte territoire fraLe deuxième est plus risqué à mettre en ligne. L’île de Mayotte en devenant 101ème département français a confirmé son appartenance à la République. Cependant, les Comores ne cessent de revendiquer l’appartenance de Mayotte. Bien sûr les raisons ne sont pas uniquement culturel, il s’agit surtout d’un enjeu économique puisque la ZEE (Zone Économique Exclusive) de Mayotte est gigantesque ! Lorsque l’île n’était pas département, les mahorais étaient nombreux à venir s’installer à La Réunion (peut-on vraiment parler de migration quand les personnes ont la même nationalité ?). Les réunionnais se plaignent souvent de ces « immigrés » dont l’intégration dans la société est compliqué, allant jusqu’aux propos et comportements racistes de la part des deux camps.

Ce polandball n’a pas pour objectif de critiquer la présence des mahorais à La Réunion (ils sont dans leur droit) mais plutôt de montrer la perception de la situation par les réunionnais. La Réunion pourrait se voir comme un « dommage collatéral » d’un problème géopolitique. Je souhaites que les réunionnais acceptent le fait qu’ils aient un problème, ce serait un premier pas, selon moi, pour commencer à se soigner de ce racisme latent. Ce Polandball doit être vu comme une critique de la société réunionnaise elle-même.

A côté de cela, il est important de noter, que les Comoriens migrent également à La Réunion.

Note : Difficile de définir un polandball pour Mayotte, l’île n’a pas de drapeau officiel ou officieux. Pour faire simple, au lieu de prendre les armoiries (ici) j’ai préféré faire un polandball avec l’intérieur du blason (la lune et les fleurs d’ylang-ylang)